HC Martigny

La promotion comme objectif

Martigny connaît une histoire assez mouvementée avec ses clubs de hockey. Sous le nom de «HC Martigny», le club connaît ses meilleures heures à la fin des années ’80 et début des années ’90. Justement en 1990, Martigny est champion de LNB, mais c’est son rival Sierre qui monte en LNA! Une année où Lausanne évite de peu la relégation en 1re Ligue et où Genève-Servette végète justement dans cette 1re Ligue. Un autre temps.

Le HCM reste en LNB jusqu’en 1999. Il est relégué administrativement. De 2005 à 2008, il fait un premier retour en 2e division, puis un autre de 2012 à 2017 sous le nom de Red Ice Martigny. En faillite, le club aurait dû disparaître, mais via des fusions et changements de noms, voilà que depuis 2018/19 évolue en MySports League (3e division) le «HCV Martigny» (HC Valais-Martigny), dont on peut dire qu’il a pris la place du HC Sion.

Sous le nom de Sion, ville dédiée au football, le club ne pouvait pas prétendre jouer en Swiss Ligue (2e division). Il en va différemment avec une implantation très martigneraine, là où le hockey est nettement plus populaire.

Quand le sort s’acharne

HCV Martigny évolue donc en 3e division suisse et, ces deux dernières années, le sort s’acharne sur la troupe de l’entraîneur français Laurent Perroton. En 2019, les Octoduriens perdent le 5e et dernier match de la finale des play-off (contre Sierre) aux tirs au but. En 2020, Martigny se qualifie pour la finale des play-off (contre Bâle), mais la saison est annulée.
Ce n’est probablement que partie remise, puisque le HCV Martigny a de nouveau l’ambition de rejoindre la Swiss League, disposant d’un effectif de qualité, avec quelques routiniers de la division supérieure, tels les défenseurs Sami El Assaoui, Daniele Marghitola et Mike Vermeille, ou l’attaquant Jérémy Gailland (qui fit les belles soirées du LHC avant d’être gravement blessé).

D’autres talents, jeunes, sont moins connus. Ils n’ont pas eu leur vraie chance en Ligue nationale. On pense par exemple Romain Seydoux.

HC VALAIS CHABLAIS

Article présenté par: