Genève-Servette HC

 

 L’attraction Linus Omark

Les Aigles des Vernets ont été dirigés, à la bande, durant 17 saisons par l’emblématique Chris McSorley. 17 saisons sur 18 depuis 2001 (un certain Craig Woodcroft l’a remplacé lors de la saison 2017/18), avant de remettre les clés de la première équipe au Québécois Patrick Emond, qui venait de récolter deux titres de Champion de Suisse U20 avec les «moins de 20 ans» du club en 2018 et 2019.

Cette passation de pouvoir, accompagnée d’un accent particulièrement mis sur l’intégration des jeunes, s’est déroulée avec succès et même au-delà de toutes les attentes. Le GSHC a terminé la saison régulière 2019/20 au 4e rang en étant performant d’un bout à l’autre de ce championnat hélas privé de ses play-off. Genève-Servette au 4e rang, c’est largement mieux que les pronostics de la presse, qui prédisaient plutôt un 8e-9e rang aux Aigles.

Dans une ville où soutenir le hockey est loin d’être une priorité, le GSHC possède très certainement le plus petit des budgets parmi les clubs romands de National League. Alors il s’agit de bien placer ses billes. Et là, c’est aussi (surtout?) le job de Chris McSorley, puisqu’il porte la casquette du directeur sportif.

Avec le Combier Simon Le Coultre

Genève-Servette a l’habitude – et cela fait des jaloux – d’être particulièrement performant dans le choix de ses étrangers. Ce fut le cas la saison passée avec le quatuor Fehr- Tömmernes – Wingels – Winnik.

Et c’est encore le cas pour le championnat 2020/21, puisque le probable meilleur arrière de National League Henrik Tömmernes a prolongé son contrat, le combatif buteur Daniel Winnik et le convainquant Eric Fehr sont eux aussi   encore là et, cerise sur le gâteau, l’épatant ailier Linus Omark a rejoint les Vernets! Même dans la très sélective KHL, le Suédois Omark a inscrit près de 1 point par match (4e compteur de cette ligue). Offensivement, Genève-Servette possède encore les internationaux Tanner Richard et Noah Rod.

Derrière, il y a les tauliers Jonathan Mercier et Arnaud Jacquemet, désormais appuyés pour les jeunes talents Simon Le Coultre (de la Vallée de Joux!) et Roger Karrer. Comme gardiens, le routinier Robert Mayer est parti à Davos et Patrick Emond compte désormais sur le duo romand Gauthier Descloux – Daniel Manzato.

Article présenté par: